Abbaye de Royaumont

Abbaye de Royaumont

L’abbaye de Royaumont est un ancien monastère cistercien situé dans le hameau de Baillon à Asnières-sur-Oise dans le Val-d’Oise, à environ trente kilomètres au nord de Paris.
Elle est construite entre 1228 et 1235 sous l’égide de Saint Louis, et est alors une des plus importantes abbayes de France. Elle demeure abbaye cistercienne jusqu’à la Révolution française, elle est vendue comme bien national et devient un site industriel textile. Elle retrouve sa vocation religieuse en 1864, jusqu’aux lois Combes en 1905. L’abbaye est alors rachetée par Jules Goüin, et son petit-fils Henry, industriel et mélomane, en ouvre les portes aux artistes, y organise des concerts et en fait un lieu de création musicale et culturelle. Il la donne à la Fondation Royaumont qu’il a créée en 1964, première fondation privée à but culturel, qui assure depuis lors la gestion des lieux.
L’édifice est classée aux monuments historiques depuis 1927 pour ses vestiges, et 1948 pour les bâtiments de l’abbaye et le parc.
Le choix du site ne devait rien au hasard. Il tenait compte de la proximité du château royal d’Asnières-sur-Oise, et répondait aux exigences de l’économie monastique cistercienne, voulant que chaque abbaye puisse subsister en autarcie. Le terrain et ses alentours devaient permettre de pratiquer l’agriculture, de disposer d’une forêt comme ressource de bois et de revenus, et de se prêter à l’aménagement d’étangs pour pratiquer la pisciculture.

L'ensemble de l'abbaye a été construite dans un délai de sept ans seulement, exploit extraordinaire, vu la qualité des travaux et les dimensions des bâtiments. À titre de comparaison, l'abbatiale de Longpont, presque identique à celle de Royaumont, ne fut achevé qu'au bout de trente-cinq ans de travaux, et quatre-vingt-quinze ans après la fondation de l'abbaye.
Pourquoi ça fait du bien :
- parce qu'il s'agit de la plus grande abbaye cistercienne d’Ile de France
- pour la beauté des bâtiments en parfait état de conservation associés à des ruines romantiques
- pour la promenade ressourçante dans ses trois jardins et son parc


Le

Laisser un commentaire